Cuisine italienne sans frontières. Parlant de plats et de temps de cuisson, en conservant les aliments inchangés, avec Tessa Gelisio de COTTO E MANGIATO, au salon du goût de l’Associazione culturale Medea.

Cuisine italienne sans frontières. Une belle conversation avec Umberto RASPINI, un entrepreneur piémontais qui réalise le Made in Italy dans le monde depuis 70 ans sans jamais s’arrêter.

Oleificio Rapolla Fiorente La société a été créée en 1968 et regroupait environ 450 membres des oléiculteurs de tout le vautour. Depuis lors, le moulin à huile coopérative « Rapolla Fiorente » représente l’une des réalités régionales les plus valables du secteur de la coopération, qui a combiné la tradition et les enseignements du passé avec la technologie et la modernité. Le plaisir de travailler ensemble, d’aimer tout le monde de la même terre et de la même origine, a renforcé notre coopération et le prestige de notre pétrole. Il s’inspire d’une relation scrupuleuse avec le territoire, dont il renforce les opportunités et les capacités naturelles intrinsèques. Il garantit la transformation des olives fraîchement cueillies grâce à une capacité de travail de 1 200 quintaux par jour. La coopérative, en tant qu’organisation de producteurs, reconnue par la Basilicata Reason (le seul représentant du secteur oléicole en Italie) vise également à normaliser les techniques de culture des membres pour la qualité des olives et donc de l’huile D.O.P. Le vautour, une marque de qualité attribuée aux éléments dont les caractéristiques uniques et irréfutables dépendent du territoire sur lequel ils sont produits. Les membres de la coopérative se conforment strictement aux directives de la société et suivent leurs étapes personnelles. Il a une extension d’environ 700 hectares d’oliveraies avec 70 000 oliviers dont le cultivar principal est l’ogliarola del Vulture.

Le nom dit tout. « Babàrattolo » est le premier babà fabriqué à la main dans un pot. Cristian Agresti, un jeune confiseur de Formia (Latina), l’a inventé et présenté au Food & book de Montecatini Terme, qui a déjà conquis la France avec cette version portable du dessert napolitain traditionnel: «J’ai étudié pendant deux ans une recette qui prolongerait la la vie du babà, pour ensuite comprendre qu’avec la vasocottura le sucré, fait à la main, pouvait maintenir le parfum, la douceur de la pâte et l’arôme pendant six mois à la température ambiante, sans l’utilisation d’agents de conservation. Le seul soin est de retourner le pot une demi-heure avant de le servir pour renouveler le limoncello et le rhum, comme le veut la tradition, mais aussi avec le passito. Un groupe de producteurs de calvados a beaucoup apprécié « , poursuit Agresti, de me demander une expédition en France ad hoc après l’avoir mouillé avec leur distillat de pomme. J’espère avoir beaucoup de succès. Nous sommes maintenant prêts à faire connaître Naples et sa culture de la confiserie dans le monde entier ». La perfection de la version huile aromatisée à l’orange est également en cours.